Auteur Sujet: silk  (Lu 1544 fois)

sadako

  • Otaku suprême
  • ****
  • Messages: 5408
  • je vous ai à l'oeil ^^
silk
« le: 09 août 2010 à 15:36:08 »
Un film taiwanais de Chao Bin Su, 2006.

Une excellente idée au départ : l'utilisation (pour les besoins de la fiction bien sûr) des propriétés de l'éponge de Menger (http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89ponge_de_Menger) pour emprisonner un fantôme afin d'en savoir plus ce que c'est, ce qu'est la vie après la mort, ce qu'est la mort etc.... Une équipe de savants sino-japonaise a capturé un fantôme dans un appartement a Tai Pei. Cést un jeune garçon d'une dizaine d'années qui mqrmonne régulièrement des mots inaudibles. Alors le professeur Hashomoto fait entrer dans l'équipe un officier de la brigade criminelle de Taiwan, Tung, qui outre une vision excellente et une précision parfaite au tir, lit très bien sur les lèvres. Le problème c que le policier en question se débat lui-même dans une histoire de mort et de vie avec sa mère, culpabilise, est amer. Hashimoto lui-même a des raisons toutes personnelles d'explorer la mort.
Oui c'est une bonne idée, et les questions métaphysiques sont bien dosées, en plus du suspense : qui était cet enfant ? Pourquoi, de quoi, comment est-il mort ? Hashimoto a démontré que l'énergie qui subsiste après la mort (ce qu[ on appelle "fantôme", donc) finit par s'évaporer complètement peu de temps après la mort, alors pourquoi ce gamin-là est-il toujours là ? Pourquoi peut-il être dangereux ? Quel est ce très mince fil de soie qui part de lui et qui se trouve à l'autre bout ?
Là où ça coince un peu, c la couche horrifique, parce qu'on veut un film d'horreur avec des morts bouche grande ouvert sinon rien depuis Ring, ça donne un poids mort (si je puis dire^^) au film, même si c bien foutu et qu'on a quand même des instants de pas tranquille devant le film. Du coup, les personnages, à part celui du flic (admirable Chang Chen, tout en retenue et en mauvaise humeur) semblent trop peu épais, même Hashimoto, pourtant grand gourou et homme-clé de l'intrigue (Eguchi Yosuke, qui fait ce qui peut, mais parfois trop parfois pas assez). Et puis les actrices semblent faire de la figuration hélas, Barbie Hsu, Karena Lam et Janine Chang, qui méritent mieux que ça.

N'empêche qu'il y a de belles idées dans ce film, celle du fameux lien notemment, dont la vraie nature donne bien entendu la révélation ultime à... enfin vous verrez ^^ et d'autres surprises bien amenés.
On passe un bon moment, sauf les amateurs monomaniaques de gore pur et dur avec pizza et bière qui le trouveront mou et intello à la fois ^^
Et puis Taipei est photogénique, décidément ^^

FORUM WEBOTAKU

silk
« le: 09 août 2010 à 15:36:08 »