Auteur Sujet: whispering corridors  (Lu 1783 fois)

sadako

  • Otaku suprême
  • ****
  • Messages: 5408
  • je vous ai à l'oeil ^^
whispering corridors
« le: 04 octobre 2010 à 00:38:30 »
Pour l'instant, c un ensemble de 5 films coréens, tous liés par des thématiques communes même si chaque film peut se voir indépendament des autres.

Whispering corridors, 1998 :  peut-être sans le savoir (je ne peux pas le dire exactement), ce film pose les bases de la série. D'abord le registre : surtout dramatique, l'aspect horrifique n'est pas le plus important même s'il est bien amené. On se focalise surtout sur les origines de la situation fantômatique, sur les relations entre les personnages.
Cela se passe dans une école pour filles, amitiés trahies, amours trompés, mais amours qui ne se disant pas, ne s'avouent pas ou ne se partagent pas car ici on évoque deux points sensibles : l'homosexualité féminine, latente, passionnée ou sublimée, et le système scolaire coréen, obsédé des examens (oint commun à l'xtrême-Orient) et se donnant les moyens de brimer, frapper, humilier les élèves pour réussir.
Ecole de filles, lieu de tous les fantasmes (au sens large, donc psychologique voire pathologique du terme), de toutes les pulsions. Dureté des relations, violences des actes et des mots dans les beaux uniformes, revenantes ivres de haine.
Voici le canevas dans lequel les autres films de la série broderont leurs motifs. Mais ce premier volet est le plus social, celui où l'on voit le plus les profs, la critique de ce système scolaire coercitif et destructeur est forte.

Whispering corridors 2 : memento mori, 1999 : j'en ai déjà parlé il y a un bon moment ici-même. Après l'avoir revu, je nuance un peu : c qund même confus par moments, même si l'aspect amoureux est plus profond,m plus fouillé dans cet opus-là. Décidément, les fans de pur film d'épouvante ne peuvent être que frustrés devant les Whispering corridors ^^
L'horreur, la vraie, est peut-être ce monde hyper compétitif du lycée où les élèves se font de leurs vies mutuelles un enfer.

Whispering corridors 3 : wishing stairs, 2003 : le plus délirant peut-etre, avec son désir fou de voir revenir à la vie l'amie que l'on aime d'amour amoureux sans se l'avouer, et les conséquences de ce retour. Une réflexion sur le sens de la mort dans une relation. Et puis une intéressante mise en abyme de l'opéra Giselle avec ses amours vampiriques.

Whispering corridors 4 : voice, 2006 : plus complexe dans l'intrigue que le précédent, plus dur aussi, les amitiés-amours sont toujours trahies dans la série, mais là la trahison se fait aussi du personnage à lui-même, et puis voir l'histoire du point de vue du fantôme n'est pas très courant, donc, un film très intéressant.

Whispering corridors 5 : a blood pledge , 2009 : encore plus tordu. Amour, haine, désir de mort, désir de vie à tout prix, tout se combat dans cette histoire de pacte de suicide où les apparences, encore une fois, sont trompeuses.

Au final, le mérite de cette série, s'il n'est pas trop dans l'épouvante elle-même, parfois même de trop dans le plan global de l'intrigue (dans le troisième volet ça sent trop son "passage obligé", même), malgré quelques bons moments bien provoqués, se trouve dans les thèmes : l'homosexualité est quasi (je dis quasi car je ne sais pas les sujets de tous les films coréens) absente dans le cinéma sud-coréen, le sujet n'est pas populaire, c'est un tabou on peut le dire, donc en parler, même à mots couverts, et surtout de l'homosexualité entre adolescentes dans les écoles pour filles, c pas mal.
et puis mettre enfin à jour ce système scolaire asiatique tout en brimades et en abus de pouvoirs de nos jours encore au nom de la suprême vérité que rien n'existe de bon socialement en dehors des examens d'entrée des meilleures universités, c pas mal non plus.
Enfin, maintenir une telle cohérence et une telle qualité de mise en scène et de jeu dans une série filmée, c plutôt rare.
A voir, donc...

FORUM WEBOTAKU

whispering corridors
« le: 04 octobre 2010 à 00:38:30 »